top of page

figures

de Caroline Breton & Charles Chemin

direction & lumièresCharles Chemin

vidéo│Clélia Schaeffer

création sonoreDom Bouffard

régie lumièresSimon Gautier

stagiaireYsé Rouy-Giraud

jeuCaroline Breton, Agathe Vidal et Olivier Muller

Première le 15 mars 2022  

La Ménagerie de Verre, Paris

production │ groupe Karol Karol

coproduction │ Ménagerie de Verre, Paris

The Watermill Center, New York

et le soutien de │ Fonds de dotation Porosus

Centre National de la Danse, Pantin

Dans les parages/La Friche, Marseille

durée  50 mns

dates

15, 16, 17 mars 2022  

La Ménagerie de Verre, Paris

1er mars 2022

Scène nationale d'Orléans

24 mars 2022 

Théâtre du Garde-Chasse, Les Lilas

POROSUS-bl.png
Unknown-4.jpg
Unknown-3.jpg
figures 1.png

figures est un travail en forme de réflexion sur l’art du portrait, mené par Caroline Breton et Charles Chemin dans le prolongement d’une précédente pièce I hope, qui était un assemblage de portraits scéniques hétérogènes. Dans figures, la recherche est orientée vers les strates de mémoire présentes chez l’interprète, comment elles
cohabitent, s’entrechoquent et interagissent avec le présent qui est déjà de la mémoire, surtout dans l’expérience rayonnante de l’interaction avec le public. Breton et Chemin bâtissent une machine sensible. Un monde clos aux multiples paramètres, géométriques et temporels, où la donnée principale est que l’interprète est multiple.

© Clélia Schaeffer_I Hope Visual 6.jpg

© Clélia Schaeffer

“Figures”, les natures mortes en ultraviolet de Caroline Breton et Charles Chemin en ouverture de l’Etrange Cargo

16 MARCH 2022 | PAR AMELIE BLAUSTEIN NIDDAM

Oh joie ! Après une édition annulée en 2021, l’Etrange Cargo, le festival de performance de la Ménagerie de Verre se tient en bon et due forme ( formes ?). En ouverture, Caroline Breton et Charles Chemin ont rendu la pinède fluorescente. Doux, beau, enveloppant et forcement… étrange !

 

Tisser les liens

Nous avions laissé Caroline en plein sacre du Printemps à la Pop en décembre dernier. De Natura Rerum était déjà un flux où la végétation était au centre. Pour Figures, elle apparaît en contre-jour, derrière une toile d’araignée jaune fluo. A vrai dire, on pensait avoir tout vu à la Ménagerie, cet ancien garage que Marie-Thérèse Allier, toujours aux commandes, a transformé en studios de danse et salle de spectacle en 1983.

Et si nous avions déjà vu Ivana Müller travailler le tissage; jamais tissage n’avait été fait de cette façon là. En fluo électrique. A ce stade là Caroline Breton n’est donc qu’une silhouette, et on devine une ballerine. Une ballerine exfiltrée d’une soirée tectonique et qui tisse donc.

 

La lumière du sud

Une voix robotisée de petite fille dit peu ou prou “J’ai grandi dans le sud, et la lumière me manque, j’ai acheté une lampe pour retrouver la lumière du sud à Paris”. Et on comprend vite que toute la pièce va nous amener à retrouver cette lumière. C’est comme de la science-fiction, un monde où ça y est, les arbres sont morts, la lumière est morte. Pour se souvenir que cela a eu lieu il faut recréer la sensation. Caroline Breton, désormais en lumière et habillée tout en rose, s’emploie à tracer neuf diagonales sur jambes tendues où les bras tirent en arrière. Une seule phrase chorégraphique, simple, par ligne. Cela pourrait être drôle, lié à l’allure de la danseuse et à son accoutrement, mais c’est tout le contraire. La sensation est celle d’une tristesse contemporaine qui donne envie de se lover sur un sol confortable. La musique composée par Dom Bouffard est parfaite. Elle allie l’électro et le rock là encore, dans une atmosphère du début du siècle. Charles Chemin lui, à la lumière et à la direction nous demande de regarder le soleil en pleine face, mais un soleil qui n’éblouit pas, un soleil qui se fade sur la mer, qui disparait, laissant une trace rouge. Plus tard, les arbres reviendront reprendre racine, tenter de pousser sur le sol en béton du Off de la Ménagerie, et là, cela donne un peu d’espoir.

Figures offre une succession d’images superbes qui donnent toutes envie de les capturer. Finalement, ce spectacle est une vanité qui met non pas sous cloche mais sur scène la beauté de nos mondes presque engloutis.

ENTRETIEN AVEC WILSON LE PERSONNIC  publié dans MA CULTURE le 15/03/2022

https://www.maculture.fr/figures

bottom of page